COST

Déclaration d'intention

 

pour la mise à exécution d'une Action Européenne concertée de recherche dite

 

 

Action COST 261

Compatibilité Electromagnétique (CEM) dans des systèmes complexes et distribués

 

Les Signataires de la présente Déclaration d'intention, proclamant leur intention commune de prendre part à l'Action concertée mentionnée ci-dessus et décrite dans l'Annexe technique de cette Déclaration, ont abouti à l'accord suivant.

1. L'Action sera exécutée conformément aux prescriptions du document COST/400/94 "Règles et procédures pour la réalisation d'Actions COST", dont le contenu est bien connu des signataires.

2. Il s'agit principalement de coordiner et de promover la recherche Européenne pour cet aspect compliqué de la CEM, dans la perspective de trouver des solutions assez simples pour les problèmes des interférences électromagnétiques. Ces problèmes se posent fréquement par la prolifération des systèmes de communications électroniques, du traitement des signaux et d'information et des systèmes d'asservissement qui se retrouvent dans une proximité assez proche l'un de l'autre. Ces systèmes sont intégrés dans des systèmes commerciaux, publiques, résidentielles et domestiques, ou automotives.

3. A cet effet, on a besoin d'une coopération passant aussi bien par les universités que par les établissements de recherche de télécommunication et l'industrie.

4. Le coût total des activités exercées dans le cadre de l'Action est estimé à 48 Mecus en prix de 1997, sur base des informations disponibles durant la planification de l'Action.

5. La Déclaration d'intention prendra effet lors de la signature par au moins cinq signataires.

6. La Déclaration d'intention restera en vigueur pour une durée de quatre ans, à moins que la durée de l'Action ne soit modifiée conformément aux prescriptions du chapitre 6 du document visé au point 1 supra.

 

 

 

 

ANNEXE TECHNIQUE

 

ACTION COST 261

COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE (CEM) DANS DES SYSTEMES COMPLEXES ET DISTRIBUES

 

A. CONTEXTE GENERAL

La Directive Européenne sur la CEM (89/336/EEC Directive du Conseil 'pour l'harmonisation des lois des Etats Membres par rapport à la compatibilité électromagnétique' JO No 139, le 25 Mai 89, pp. 19 - 26), a tiré une attention considérable sur la CEM dans les systèmes électroniques. Cette Directive est entrée en vigueur le 1er Janvier 1996, après un retard de quatre ans causé par la manque de normes de mesures. Sans ces normes, les exigences essentielles de la Directive ne pouvait pas être garanties. Pendant cette période, un travail énorme a été réalisé, d'une telle façcon que les normes et les méthodes de réalisation ont atteintes une certaines maturité. Le travail continue dans tous les domaines de la CEM, mais il est évident que l'industrie se soucit considérablement d' atteindre les exigences de la CEM dans des systèmes complexes et distribués. En particulier, l'industrie se soucit comment arriver à trouver des méthodes de réalisation et de mesures pour atteindres un niveau raisonable dans ces grands et larges systèmes.

Jusqu'à aujourdhui, la plupart des efforts en CEM à été dirigée sur des systèmes assez petits et bien défini. Un bon exemple est un système audio, avec un enregistreur de cassettes, un lecteur CD, un récepteur radio et un amplificateur. Mais beaucoup de systèmes électroniques sont plus grands que ça. Comme exemple, on peut consdérer un avion, avec une multiplicité de systèmes électroniques, de communications, de navigation et le radar. Pour atteindre la CEM dans un avion, l'avion est considéré comme un seul système électronique. Ceci représente un système complexe et distribué. L'industrie aeronautique a des plans de contrôle rigoureux pour garantir la CEM dans leur produits. L'industrie aeronautique exerce aussi un contrôle permanent sur leur systèmes, en spécifiant la maintenance des équipements électroniques. Dans le domaine électronique, un tel système de contrôle n'existe pas; et même, les resources financières ne sont pas disponibles. Pourtant, des systèmes complexes et distribués existent dans une vaste variété d'applications industrielles et de télécommunication, sans aucune relation avec l'industrie aeronautique. De ce fait, il est clair qu'il y a une manque de connaissance dans ce domaine, et une approche générique est nécessaires pour atteindre la CEM dans les systèmes complexes et distribués.

Un réseau local pour des ordinateurs personnels, avec un très grand nombre de terminaux est un bon exemple d'un système complexe et distribué. Chaque ordinateur personnel ou autre système périphérique peut être conforme à la Directive CEM comme unité seule. Mais quand cet appareil est branché dans un réseau de communication dans un grand bâtiment, par exemple en faisant partie d'un système d'airco, le réseau peut être illuminé par le rayonnement de divers systèmes de communication radio, comme les téléphones mobiles et d'autres systèmes de sécurité. Dans ce cas, on ne peut plus faire appel à la conformité individuelle de l'appareil, mais le système complet doit être pris en considération. En plus, dans ces grands systèmes, il existe aussi des sources d'interférence dans le système même.

Les exemples indiqués ont des problèmes similaires pour atteindre les exigences de CEM. Les sociétés qui font la fabrication et l'assemblage des produits électroniques doivent prouver la conformité à la Directive CEM, sans avoir les resources finvancières de l'industrie aeronautique. Ceci pose un problème important. En plus, les exigences par rapport à la CEM sont passées à leur fournisseur, sans avoir une idée réelle comment les sous-ensembles vont influencer le comportement du système intégré. En Angleterre, les questions les plus souvents posées au Department of Trade and Industry (DTI) et aux Clubs CEM régionaux sont reliés aux systèmes complexes et distribués. Il n'y a pas de raison pour estimer que ce soit autre en Europe.

En outre, un cadre CEM est mis en oeuvre en Australie et les administrations Japonnaise et Américaines (Etats Unis) se mettent en harmonisation avec la législation Européenne par rapport à la CEM. Il y a donc une demande claire pour encourager la recherche dans le domaine CEM et il est nécessaire de coordiner cette recherche. Cette action COST peut faciliter cette coordination.

Le spectre électromagnétique qui est utilisé pour les communications radio est une ressource naturelle et dons limitée. C'est une resource assez spéciale, parce que le spectre ne peut pas être consommé, mais reste simplement disponible pour les diverses applications. Dans les communautés urbaines, l'utilisation du spectre atteint une saturation, culminant en générant des interférences électromagnétiques. Ces interférences sont une sorte de pollution qui peut influencer la qualité de notre vie quotidienne. L'interférene disparrait quand les appareils sont mis hors de circuit, mais peut être important quand les appareils sont mis en marche. Dans ce cas, ils peuvent même interférer avec des systèmes de sécurité ou des systèmes de communication d'urgence. Cette Action aura donc aussi un effet important sur la qualité de la vie quotidienne.

 

 

B. OBJECTIVES ET AVANTAGES ESCOMPTES.

Beaucoup de systèmes électroniques complexes et distribués sont fabriqués en Europe par de nombreuses entreprises. L'objective principale de cette action est d'encourager et de coordiner la recherche concernant la CEM. Et plus spécifique, comment implementer les règles CEM dans la phase de conception des systèmes, et comment controler les charactéristiques CEM des systèmes au niveau du premier prototype et des différentes phases de fabrication, et pendant la durée de vie. Cette recherche contiendra des aspects pratiques, mais aussi de la modellisation.

Ces objectives principales peuvent être atteintes comme suit, et les résultats vont être jugés par rapport à la liste des réalisations proposées.

L'action COST 261 va receuillir un aperçu des activités actuelles dans ce domaine et tentera de faciliter la recherche nécessaire et la collaboration entre différentes groupes de recherche. Le rapport donnant l'aperçu de la recherche actuelle sera publié à la fin de la première année. Ce rapport sera actualisé chaque année, et ensemble avec les résultats de recherche, sera distribuée auprès de la TCT. L'aperçu final sera inclus dans le rapport final.

De la recherche est nécessaire pour atteindre les exigences CEM au niveau des spécifications du système complet, et dessous-ensembles. Des règles de conception avancées feront le résultat de cette recherche. Les résultats setont présentés et discutés pendant des réunions de travail et des rencontres en atelier, et notifiés comme les notules de ces réunions. L'ensemble de ces règles fera l'objet d'un chapitre du rapport final.

De la recherche est nécessaire pour charactériser les systèmes complets et les sous-ensembles pendant la réalisation des installations et systèems. Des méthodes de mesures spécifiques et spécialisées doivent être développées et feront l'objet d'une recherche avancée. Les résultats setont présentés et discutés pendant des réunions de travail et des rencontres en atelier, et notifiés comme les notules de ces réunions. L'ensemble de ces règles fera l'objet d'un chapitre du rapport final.

 

Les avantages de cette action seront:

Collaboration entre des groupes de recherche. Comme les problèmes discutés entameront des nombreux aspects du domaine de l'électronique, la collaboration entre les groupes de recherches est nécessaire et donnera beaucoup d'avantage au niveau de la recherche. L'action encouragera aussi de nouvelles collaborations entre différentes groupes de recherche.

Cette recherche donnera un avantage à l'industrie Européenne dans tous les domaines de l'électronique. La compétitivité de l'industrie bénéficiera de cette recherche, parce que les produits vont être plus conformes aux exigences CEM mises sur places par les administrations Européenne.

L'industrie et les consommateurs vont bénéficier de cette action: l'industrie aura les possibilités d'installer des systèems électroniques complexes et distribués en toute conformité avec une grande marge de sécurité opérationelle. Les consommateurs auront la possibilité d'utiliser des systèmes comme des poste mobile de radiocommunication sans problèmes et à haute qualité.

 

C. PROGRAMME TECHNIQUE.

C.1. Activités de recherche & développement

Les activités de recherche et de développement de cette action seront axées sur trois domaines. Chacune fera l'objet d'un groupe de travail.

 

Groupe 1: Définition des sources d'interférence et des victimes externes vis à vis des systèmes complexes et distribués.

Cette liste contiendra l'information sur les gammes de fréquence concernées, sur la puissance et sources et la sensibilités des victimes, ainsi q'une description statistique de leur normbre et de leur positions.

Groupe 2: Couplage entre les systèmes complexes et distribués, et les sources et victimes proches.

Ce couplage des interférences sera simulé par des modèles numériques, et évalués par les mesures.

Groupe 3: Mise au point des méthodes de mesure.

Une fois que les problèmes sont définis et connus, des méthodes de mesure peuvent être définies.

Les participants dans cette action doivent être actifs dans au moins un des trois domaines. L'action rendra plus facile l'échange de données et d'information, des idées et les contacts ente les chercheurs. Ainsi, l'effort de recherche dans les trois domaines pourra être intensifié.

Les trois domaines sont rangés en ordre logique, en partant de la définition des problèmes jusqu'à les solutions. L'action aidera aussi à l'échange d'information entre ces trois domaines.

 

C.2. Visites techniques et rencontres en atelier.

C.2.1. Rencontres en atelier.

Le Comité de gestion organisera une rencontre en atelier pour chaque domaine, au début de l'action. En conséquence, d'autres rencontres seront organisées, suivant les résultats des premières rencontres. Même des rencontres surpassant les trois domaines peuvent être organisées, pour facilitet l'échange de données et d'information entre les différents groupes. A ce moment, il est impossible de donner un aperçu détaillé sur le nombre, les périodes et les sujets pour ces dernières rencontres, parce que cela dépendra des premiers résultats de cette action.

Les rencontres en atelier seront organisées en parallèle avec les réunions du comité de gestion ou avec les grandes conférences CEM en Europe. Ainsi, le travail et la participation des chercheurs est optimisé. Les contributions et les discussions des rencontres en atelier seront publiés dans des notules. Les rencontres en atelier seront aussi un forum pour améliorer la collaboration entres les différents groupes de recherches, et des visites techniqes seront organisées.

C.2.2. Visites techniques.

Des visites techniques auront lieu à l'occasion des réunions de comité de gestion dans les pays participants, et à l'occasion des rencontres en atelier. Elles constituent l'un des éléments fondamentaux de la présente action.

 

C.3. Rapport final.

Il sera publié un rapport final rendant compte de tous les travaux effectués dans le cadre de la présente action. Ce rapport, établi en commun, inclura une synthèse à l'usage des responsables ainsi que les textes des exposés présentés aux ateliers.

Introduction

Aperçu des activités de recherche au début de l'action

Synthèses des rencontres en atelier

Synthèses des groupes de travail

Synthèses des activités par pays signataire

Résumé financier

Conclusions et réalisations

Le rapport final sera distribué dans tous les pays participants

D. ORGANISATION ET CALENDRIER

D.1. Organisation, gestion et responsabilité.

Le Comité de gestion sera responsable pour la coordination de toutes les activités de cette action, et restera en contact avec la TCT pour solliciter l'avis de la TCT une fois par an, et afin de réaliser des liaisons avec d'autres actions COST.

Une réunion du comité de gestion se tiendra deux fois par an.

Le comité de gestion sera constitué par des représentants des pays signataires.

Le comité de gestion désignera les coordinateurs pour chaque groupe de travail et qui seront responsable pour les activités de ces groupes de travail.

La première tâche des responsables des trois groupes de travail consistera dans la collection d'information sur des projets de recherche déjà en cours dans leur domaine. Par cela, ils auront l'assistance des délégués nationaux des pays signataires.

Ensuite, les responsables doivent organiser les activités dans leur groupe de travail. Les délégués nationaux ont pour tâche de promouvoir ces activités dans leur pays.

L'organisation des rencontres en atelier est le moyen fondamental de cette action afin de coordiner et de collaborer dans la recherche CEM. Ces rencontres en atelier seront organisées par les groupes de travail. Ces rencontres en atelier sont les forums idéals pour recontrer et discuter aves les chercheurs dans ces domaines spécifiques.

En plus, la possibilité existe d'organiser des échanges individuelles. Pourtant, le comité de gestion ne prendra pas les initiatives pour organiser ces échanges indiciduelles, quoique le comité insiste de reste informé des ces activités.

Le comité de gestion encouragera la participation dans les programmes de recherche Européenne et concertés. Les informations la dessus seront distribués entre les participants de l'action, ainsi que la promotion de participer dans des circuits thématiques.

L'utilisation des moyens électroniques de communication et de diffusion de l'information sera envisagé.

 

 

D.2. Calendrier

Le calendrier de cette action es donnée en annexe 1. Les réunions du comité de gestion sont prévues deus foir par an, ainsi que les premières rencontres en atelier de chaque groupe de travail. Les rencontres suivantes seront organisées au besoin et selon l'évolution de cette action, l'organisation des ces rencontres en atelier faisant partie de l'action même.

La flèche indique le courant d'information entre les différents groupes de travail. La désignation numérique de ces groupes a été fait en ordre chronologique de leurs activités.

Ce qui n'enpèche pas pour chaque groupe d'organiser leurs activités des le départ de l'action.

 

 

 

 

E. DIMENSION ECONOMIQUE

Estimation du nombre de signataires: 10

Coût par signataire et par an:

5 personnes/an: ingénieur, chercheur

500 000

7 personnes/an: technicien

420 000

5 personnes/an: PhD, étudiant, secrétaire

150 000

Appareils et coût de matériel

50 000

Missions

10 000

Total par an et par signataire

1.1 MEcu

 

Dimension économique:

Total pour les 4 ans pour tous signataires

44 MEcu

+ 10% de frais généraux

4 MEcu

coût total pour les budgets nationaux

48 MEcu

frais généraux Union Européenne (sur 3 ans)

300 KEcu

Dimension économique totale

48 MEcu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe 1: Calendrier pour l'Action COST 261

 

Les pérides sont données en mois, à partir du début de l'Action

 

M = comité de gestion

W = rencontre en atelier

 

 

 

Collection d'information Préparation du

et premier aperçu rapport final

 

Groupe de travail 1

Groupe de travail 2

Groupe de travail 3